À l'extérieur de l'Octogone : L'espoir d'une nation

"À l'extérieur de l'Octogone" est une chronique hebdomadaire écrite par le directeur de la rédaction d'UFC.com, Thomas Gerbasi, qui couvre les activités du sport depuis 2000 et qui a signé l'encyclopédie officielle de l'UFC.
UFC featherweight Conor McGregorÀ s'en fier au passé, Thomas Egan n'a jamais vraiment eu de chance. À l'UFC 93 en janvier 2009, le jeune homme de 20 ans était le représentant local de l'organisation pour sa toute première visite dans la ville natale de ce dernier, Dublin.  Imaginez la pression qu'avait sur les épaules un si jeune athlète qui n'avait commencé sa carrière professionnelle que 18 mois plus tôt.

Alors plus jeune combattant de l'alignement, Egan n'avait que quatre affrontements sur le circuit professionnel à son actif au moment où il s'apprêtait à affronter le nouveau venu John Hathaway. Le “Hitman” anglais était certes jeune et sa présence au sein de l'organisation était tout aussi récente que celle d'Egan.  Mais il avait toutefois plus de 10 combats professionnels derrière la cravate dans l'organisation Cage Rage, possiblement la plus importante organisation de Grande-Bretagne à cette époque.  Il avait donc l'expérience de combattre sous les feux de la rampe et il ne semblait pas d'un tempérament facilement impressionnable.

Et c'était d'autant plus évident lors de la conférence de presse d'avant-combat où il a partagé l'estrade avec certains des grands noms de ce sport, dont le "Hall of Famer" Mark Coleman et les têtes d'affiche Rich Franklin et Dan Henderson.  Bien entendu, la majorité des questions ont été adressées à Egan et l'Irlandais a su gérer la situation comme l'aurait fait un véritable pro.

Les choses se sont toutefois corsées lors de l'événement pour le jeune athlète de Dublin, qui n'avait commencé à s'entraîner que trois ans plus tôt.  En moins d'un round, Hathaway l'avait fini et avait du coup, mis un terme à la carrière d'Egan à l'UFC.

Egan s'est donc joint à ses comparses de l'Irlande du Nord, Colin Robinson et Stevie Lynch, sur la liste des combattants locaux qui se sont présentés et ont tout donné, mais qui n'ont pu obtenir la victoire si convoitée qui aurait servi de tremplin à leur carrière, en plus d'avoir soutenu le développement des AMM sur la scène locale.  C'était embarrassant parce que la boxe avait toujours fait partie de la culture sportive irlandaise.  D'innombrables champions avaient émergé de l'île d'Émeraude au fil du temps, mais tout comme l'Angleterre qui n'avait jamais vraiment émergé sur la scène mondiale des AMM avant que Michael Bisping ne fasse sa marque, l'Irlande avait aussi besoin que jaillisse une étincelle.  Personne ne se doutait alors que cette étincelle viendrait d'un partenaire d'entraînement de Tom Egan nommé Conor McGregor.

En janvier 2009, McGregor possédait une fiche de 3-1 chez les professionnels et s'entraînait au sein d'une équipe dirigée par John Kavanagh qu'il se remémore comme étant un simple trio.  Il n'était pas dans la ligne de mire de l'UFC à cette époque et n'avait même pas encore sa place parmi l'élite européenne, mais dans son esprit, il se voyait déjà atteindre les plus hauts sommets.

“J'ai toujours senti que j'étais l'élu, j'ai toujours cru qu'il y avait un fort engouement à tous mes combats, même lorsque je combattais dans de petits clubs devant une vingtaine de personnes seulement”, m'a expliqué McGregor l'année dernière. “Pour moi, c'était toujours comme si c'était un combat de championnat du monde.”

Puis le talent de McGregor est devenu à la hauteur de ses grandes aspirations et alors qu'il cumulait les victoires, le monde s'est ouvert à lui. En 2013, on lui a offert sa chance à l'UFC et après deux victoires - respectivement sur Marcus Brimage et Max Holloway  - il se retrouve maintenant en tête d'affiche de l'événement de Dublin contre Diego Brandao le 19 juillet prochain.  Depuis, tout le monde constate le tourbillon autour de l'incroyable parcours de celui qui se fait appeler "Notorious”, sauf le principal intéressé lui-même, qui ne semble aucunement le réaliser.

“Maintenant que tout est en place, tout semble normal à mes yeux”, a-t-il dit. “Quand la porte se referme derrière moi, c'est là que je performe. Je suis confiant en mes habiletés et je laisserai mes poings parler.”

Certains diront peut-être que le combattant âgé de 25 ans parle généralement plus qu'il ne combat puisqu'il a défié pratiquement tous les grands noms de la division, mais ça fait partie de son charme et comme l'a déjà dit le vétéran de l'UFC Brandon Vera, lorsque vous faites des déclarations et des prédictions,  il n'en tient qu'à vous de les soutenir. Et McGregor n'a aucun problème avec ça et n'a jamais reculé devant aucun engagement.

À ce jour, c'est ce qu'il fallait au monde pour prendre conscience de ce qui va se jouer devant eux et d'ailleurs, l'Irlande a pris conscience de ce que pouvait apporter McGregor, son coéquipier Cathal Pendred et le reste de l'équipe du Straight Blast Gym dont le nouveau venu Patrick Holohan et la membre de la distribution de la la série The Ultimate Fighter 20, Aisling Daly.  Maintenant qu'il ont tous les yeux de leur nation braqués sur eux, ils doivent maintenant performer.

Et McGregor est heureux de mener cette bataille.

“Je crois que c'est le bon temps”, a-t-il expliqué. “Le public irlandais a vu ce qu'était un véritable artiste martial et le sport a gagné le coeur de la nation.  Tout le monde est derrière moi et je porte les espoirs de toute la nation sur mes épaules à chaque fois. Ce n'est que le début et je suis le premier de nombreux autres à venir. Plusieurs suivront mes traces.  On n'a qu'à regarder les gars au gym, ils se sont tous beaucoup améliorés et ils sont tous beaucoup plus concentrés et dévoués qu'ils ne l'étaient autrefois.  Le rêve d'atteindre l'UFC est réel et à leur portée.  Même ceux qui n'ont que 15 ou 16 ans et qui s'entraînent peuvent suivre la voie que nous leur avons tracée.  Il n'y a maintenant plus de limite à l'éclosion des arts martiaux en Irlande.”

Watch Past Fights

Médias

Récent
Voyez le combat de quart de finale du demi-finaliste Jose Quinonez contre Bentley Syler diffusé lors du 1er épisode The Ultimate Fighter Latin America. Quinonez affrontera Marco Beltran en demi-finale dans le tout nouvel épisode mardi sur UFC FIGHT PASS.
2014-10-28
L'animatrice Lisa Foiles vous dévoile tout ce que vous devez savoir au sujet des actualités du jeudi 30 octobre dont quatre importants combats officialisés par l'UFC.
2014-10-30
Photos tirées du sixième épisode de la série The Ultimate Fighter dont le combat entre Aisling Daly et Angela Magana.
2014-10-29
Relive the battle between Team Pettis' Aisling Daly and Team Melendez's Angela Magana.
2014-10-29