Résultats des combats préliminaires de l'UFC on Fuel TV

Ci-bas le compte-rendu des combats préliminaires de l'événement UFC on FUEL TV 5...
NOTTINGHAM, 29 septembre – Le cogneur britannique Jimi Manuwa a démontré l’étendue de sa puissance face au vétéran Kyle Kingsbury lors de l’événement de samedi soir, causant l’enflure d’un œil du Californien, ce qui a forcé l’arrêt avant le début du troisième engagement de ce combat qui était présenté en carte préliminaire de l’UFC on FUEL TV au Capital FM Arena. 

Manuwa s’est montré trop fonceur en début d’affrontement et son imprudence lui a valu de se retrouver coincé sous le lourd Kingsbury pendant précisément la moitié du premier round. Lorsqu’il a finalement réussi à se relever, il a fait payer ce mauvais moment à Kingsbury en lui balançant un solide coup de genou au corps suivi par de violents coups de poing. Le son de ces douzaines de frappes était clairement audible dans l’aréna, laissant entrevoir la puissance de ces dernières.

On se souviendra des coups infligés par Manuwa à Kingsbury pendant la seconde moitié du round comme de la plus sévère raclée encaissée par un combattant de l’UFC dans l’histoire. Coups de genou à l’envolée, crochets de la gauche, coups de pied à la tête et coups au corps ont profondément affecté Kingsbury, qui paraissait souffrir et demeurait hésitant dans ses mouvements. À la fin du premier engagement, son œil gauche était presque fermé et il avait des bosses de la grosseur d’œufs sur la tête.

Chaque fois que Manuwa feignait d’envoyer un crochet, Kingsbury esquivait, ce qui a joué en la faveur de Manuwa qui voyait ainsi l’opportunité de pouvoir envoyer des coups de genou à la mâchoire de son rival à chaque fois. Manuwa s’est aussi montré extrêmement efficace afin d’éviter les tentatives de mise au sol désespérées de Kingsbury. À la fin du round, il était permis de se questionner quant à savoir si Kingsbury serait ou non en mesure d’entamer un second engagement.

Or, il est bel et bien revenu et a amorcé le round en force, suivant les conseils de ses hommes de coin qui lui hurlaient de demeurer actif et de faire reculer Manuwa. Il n’a toutefois pu tenir le coup bien longtemps lorsque Manuwa a commencé à décharger ses bombes. Complètement déstabilisé et sans autre ressource, Kingsbury a tenté de nouveau de l’amener au sol.

Manuwa a gagné des appuis dans la foule à chaque fois qu’il forçait Kingbury à se relever lorsqu’il se retrouvait au sol. Il a fallu attendre la fin du second round avant que Kingsbury soit capable d’amener son adversaire au tapis et de forcer Manuwa à demeurer sur son dos. Il est passé en position de côté avec une relative aisance, mais n’a pu trouver aucune ouverture pour une tentative de soumission.

À la fin du second round, l’oeil gauche de Kingsbury était littéralement fermé. Il était prêt à amorcer le troisième engagement, or il semblait évident pour l’arbitre que sa vision était grandement affectée. Bien que Kingsbury ait protesté, l’officiel a mis un terme à l’affrontement.

Akira Corassani vs Andy Ogle

Akira Corassani a peut-être effectué son camp d’entraînement à Kaobon, le centre d’entraînement de Liverpool que son rival Andy Ogle représente, mais cela n’a bénéficié à peu près en rien au Britannique, sinon peut-être d’avoir été mis au courant à l’avance de la précision sans faille des frappes de Corassani. N’ayant rien à lui envier à ce chapitre, et notamment grâce au bagage en pieds-poings des deux hommes –remercions le Kaobon – les amateurs ont eu droit à une démonstration en pieds-poings passablement endiablée.

Corassani a prouvé être un féroce adversaire avec ses nombreuses feintes et changements d’angles. Ogle a obtenu la mise au sol lors d’une contre-attaque, mais à la fin, c’est lui qui s’est retrouvé dans le pétrin lorsque son rival a répliqué au moment où il cherchait lui-même à se porter à l’attaque. Puis Corassani a touché le jeune Britannique avec de puissantes frappes, lui infligeant une coupure au cuir chevelu au moment où ce dernier a tenté de l’amener au sol sans succès.

Malgré le fait qu’il venait d’écoper d’une coupure au-dessus de l’oeil gauche, Corassani semblait extrêmement confiance à l’amorce du second engagement. Ogle a tenté de l’amener au sol à plus d’une reprise, mais devait battre frénétiquement en retraite à chaque fois que Corassani esquivait. Puis Corassani a tenté un coup de pied arrière renversé qui a suscité de nombreuses réactions de la foule, malgré le fait qu’il ait manqué de peu la cible.

Avec deux minutes à faire au second engagement, Ogle a obtenu une mise au sol en agrippant la jambe de son rival sur un coup de pied, or Corassani s’est retrouvé assis contre le grillage, ce qui lui a permis de tenter de se relever en prenant appui. Ogle a tenté de l’en empêcher, notamment en le coinçant dans une guillotine en cours de route, mais Corassani s’est échappé avec trente secondes à faire. Ogle a tenté de l’attaquer au même moment, mais le son de la cloche signifiant la fin de l’engagement s’est fait entendre. Au même moment, Corassani a envoyé Ogle au sol avec une puissante droite. Le combattant britannique est violemment tombé sur le dos, mais s’est instantanément relevé pour rejoindre son coin alors que Corassani se faisait massivement huer par la foule.

Ogle a tenté une mise au sol en début de troisième round et a pratiquement encaissé un coup de pied au visage pour sa peine. Il l’a évité en plongeant vers l’arrière, permettant ainsi à Corassani de prendre la position montée. Ogle l’a renversé et les deux hommes se sont disputés la position dominante pendant le reste du round, lors d’une véritable joute d’échec plein contact au sol.

Corassani étant maintenant à quatre pattes à la recherche d’un ‘single leg’, Ogle a pu infliger une coupure au vétéran de TUF à l’aide d’un coup de coude. Il a aussi tenté l’étranglement, mais n’a pu refermer son emprise. Corassani a tenu bon, mais n’a pu compléter la mise au sol, et Ogle a ainsi remporté le troisième engagement à la carte de pointage des juges. Une décision partagée en a résulté et Corassani a obtenu la faveur des juges à deux reprises par le pointage de 29-28. Le troisième juge avait étrangement Ogle gagnant par le pointage de 30-27.

Entrevues d’après-combat de Corassani et Manuwa

Brad Tavares vs Tom Watson

Tom Watson, qui faisait ses débuts à l’UFC sur cette carte, est reconnu pour livrer des guerres sans merci à ses adversaires et Brad Tavares était le genre d’homme qui allait dûment l’en obliger. Comme résultat, les amateurs ont eu droit à une guerre de trois rounds au cours de laquelle le coeur, le menton et la condition physique des deux participants ont été mis à rude épreuve. Ils ont commencé à échanger très tôt en début d’affrontement et ne se sont arrêtés que lorsque le son de cloche final s'est fait entendre.

La boxe de Tavares a semblé exceptionnelle alors qu’il lançait de précises combinaisons 1-2 pour immédiatement de recroqueviller derrière sa garde entre chacune de ses attaques. Watson tentait au même moment de trouver une ouverture pour toucher son rival avec des coups de pieds au corps, mais se voyait force de battre en retraite en raison des directs qui fusaient de toutes parts. Lorsqu’il s’est retrouvé acculé contre la cage, Tavares a obtenu la mise au sol et on pouvait alors penser qu’il obtiendrait une victoire rapide en arrêtant son adversaire depuis la position dominante.

Il ne fallait toutefois pas compter Watson pour vaincu. Énergisé par les encouragements de la foule, il s’est relevé et a repris les échanges. Les deux hommes ont échangé des coups de pieds, puis Watson a tenté de toucher son rival et causer du dommage avec des coups de genou au corps. Visiblement inspiré par la tactique de l’Anglais, Tavares a tôt fait de l’imiter. À un certain point les deux combattants d’échangeait des coups de genou et un coup de Watson a accidentellement touché l’aine de Tavares, ce qui fut reçu par un haussement d’épaule. Tavares a toutefois manifesté son mécontentement lorsqu’il a reçu un second coup accidentel, ce qui a valu un avertissement à Watson par l’arbitre Leon Roberts.

Deux rounds intenses s’en sont suivis. Le rythme et la précision supérieure de Tavares, qui mettait beaucoup de pression sur Watson, lui ont permis de prendre de l’avance au pointage. Il a cumulé davantage de points avec des mises au sol, bien qu’il ait été incapable de maintenir Watson au sol bien longtemps. Le Britannique s’est relevé chaque fois avec l’intention de faire payer son adversaire, mais son incapacité à rivaliser au chapitre de la lutte a miné ses efforts.

Malgré tout, le combat s’est avéré relativement serré et bien que la plupart des amateurs s’attendaient à une décision unanime en faveur de Tavares, les juges ont manifesté moins de certitudes. C’est donc par le pointage de 28-29, 30-27 et 29-28 que Tavares a remporté la décision partagée après une performance qui le mettait lui et Watson en lice pour un possible combat de la soirée.

Entrevue d’après-combat de Tavares

Gunnar Nelson vs Damarques Johnson

C’est au son d’une musique folklorique islandaise que la ceinture noire de JJB âgée de 24 ans, Gunnar Nelson, a fait son entrée dans l’Octogone. Nelson est un prodige du combat au sol et il jouit d’une réputation enviable dans le monde du jiu-jitsu. Le combattant était dans la ligne de mire de l’UFC depuis un bon moment déjà, mais ce dernier avait préféré continuer de parfaire son apprentissage avant d’accepter de relever le défi.

Son parcours en vue de cet affrontement a été passablement tumultueux. Son adversaire original, a href="../fighter/Pascal-Krauss">Pascal Krauss s’est retiré, tout comme l’a fait son remplaçant Rich Attonito, ce qui a contraint Nelson d’ajuster le tir à une semaine d’avis lorsqu’il a appris qu’il affronterait finalement Johnson. Bien que Damarques ait eu une coupe de poids relativement difficile, il s’amenait avec un bagage d’expérience de loin supérieur à celui de Nelson, qui possédait pour sa part une fiche de 9-0-1 avant ce combat.

Dès le début de l’affrontement, Nelson a adopté une position qui a rapidement rappelé son passé de karatéka (il a déjà été le champion de karaté d’Islande pendant trois ans). Mais c’était son jiu-jitsu que les amateurs voulaient voir et après quelques coups de pieds peu orthodoxes, il a pu contenir Johnson contre la cage en corps à corps. De là, il a pu amener son adversaire au sol avec une relative aisance, se mettant rapidement à ses aises une fois dans son élément.

Voir Nelson à l’oeuvre au sol relève de l’observation d’une oeuvre d’art : sa maîtrise, son calme imperturbable et la façon dont il cherche à résoudre un casse-tête plutôt que de simplement combattre laisse pantois. Johnson a passé l’omaplata à Nelson, qui a esquivé la menace en glissant, mine de rien, de l’autre côté de son rival.

Conservant toujours un calme exemplaire, Nelson est passé en position de côté pour finalement prendre le dos de Johnson, le coincer en ‘body triangle’, puis a resserré son étau en passant son bras sous le menton de son adversaire. La foule exhalée dans l'attente de l'inévitable a laissé éclater un rugissement lorsque Johnson a tapé à 3:34 du premier round.

Si la victoire par soumission était prévisible, la façon dont cela s’est passé ne l’était pas. Conserver – lors de vos débuts à l’UFC - une attitude aussi décontractée et imperturbable que celle que vous avez lorsque vous décidez tout bonnement quel t-shirt vous allez enfiler le matin est remarquable. Et c’est un indicateur qu’il faudra garder un œil sur l’évolution de ce particulier et talentueux combattant qu'est Gunnar Nelson.

Entrevue d’après-combat de Gunnar Nelson

Robbie Peralta vs Jason Young

La décision prise par Jason Young de demeurer debout et d’échanger avec Robbie Peralta a eu des répercussions tout aussi expéditives que spectaculaires. Peralta a mis de la pression sur Young afin de le faire reculer jusqu’à la clôture, mais son rival a à un certain moment choisi de rester où il était afin de décharger ses frappes. Peralta s’est préparé à envoyer ce qui semblait être une droite évidente et a balancé le coup au même moment où Young allait laisser sortir ses propres poings. Young étant à découvert, il en a résulté une puissante droite qui est atterrie directement sur le menton du Britannique, qui s’est alors écroulé au tapis. Peralta s’est immédiatement projeté sur lui, et l’arbitre est rapidement intervenu à la marque de 23 secondes afin d’éviter tout dommage non nécessaire à Young, alors semi-conscient.

Entrevue d’après-combat de Peralta

Médias

Récent
Hear from Danny Castillo and Tony Ferguson after their UFC 177 bout that ended in a close split decision.
2014-08-30
Bantamweight champion T.J. Dillashaw and challenger Joe Soto reflect on their performances in the UFC 177 main event with UFC commentator Joe Rogan.
2014-08-30
T.J. Dillashaw reflects on his first UFC title defense, Bethe Correia expresses her desire for a title shot, and Dana's thoughts on Joe Soto.
2014-08-30
UFC correspondent Megan Olivi catches Raiders player Justin Tuck backstage at UFC 177. The two-time Pro Bowler reflects on his MMA training with Ramsey Nijem and how excited he is for his first UFC event.
2014-08-30