Norman Parke : Travailler pour le Weekend

"Je me suis dit que dès que cette opportunité se présenterait, je l'attraperais au vol et je foncerais." - Norman Parke
UFC lightweight Norman ParkeNorman Parke était comme beaucoup d'adolescents. Ce qui allait se passer dans cinq, dix ou vingt ans n'était pas important comparé à ce qui se passait le jour même… ou plus précisément, le week-end. « C'est ce que faisait tout le monde, nous vivions pour le week-end, » explique Parke au sujet de son adolescence, qu'il décrit comme ‘Sans destination fixe’.

À la longue, on espère que les adolescents vont changer cette habitude et poursuivre des activités plus constructives. Pour Parke, c'était le judo, et ensuite le MMA. À 19 ans il combattait déjà en tant que professionnel, et après avoir construit une série de 10 victoires après une défaite lors de ses débuts, il a trouvé une carrière et une meilleure raison pour vivre que pour le week-end.

« J'ai gagné beaucoup de combats consécutifs, et c'est à ce moment là que je me suis dit « Je pourrais vraiment faire quelque chose, » se souvient le résident de Bushmills, en Irlande du Nord. « Et depuis, je n'ai plus jamais regardé en arrière. »

Et sa vie est encore ‘Sans destination fixe’ ?…

« Tout ça c'est fini, » il explique. « J'ai été, j'ai fait et j'ai porté le t-shirt, alors je suis prêt à faire d'autres choses dans ma vie et me concentrer sur ma carrière de combattant. »

Et quelle carrière. Après s'être construit un palmarès impressionnant et une excellente réputation en Irlande du Nord, Parke a eu son opportunité en 2012 lorsqu'il a gagné sa place dans la première saison de la télé-réalité TUF : The Smashes. Trois victoires plus tard, le membre de la Team UK avait gagné un contrat avec l'UFC et le titre du champion du TUF dans la catégorie poids léger.

« Évidemment tous les fans qui connaissaient le sport n'arrivaient pas à y croire, » explique Parke au sujet de sa victoire au TUF. « J'étais même un peu surpris moi-même suite à tout ce qui m'est arrivé six ou sept ans plus tôt, et l'enfance que j'avais eu. Je ne pensais jamais que je ferai tout ça ou que ma vie allait changer complètement. C'était surréel. J'étais comme dans un rêve et même une fois rentré à la maison le rêve n'en finissait pas. Et puis le rêve est devenu ma réalité et je savais que je mérite d'être où je suis aujourd'hui. »

Humble à l’excès, Parke, 26 ans, a bien sa place dans l'Octogone, et sa série de huit victoires avant son combat ce samedi contre Kazuki Tokudome lors de l'UFC 162 prouve qu'il continue à s'améliorer. Mais bien qu'il ait eu de la réussite ces derniers temps, au niveau de l'UFC tout aide qu'on peut donner est la bienvenue, et Parke l'a trouvé aux États Unis à l'Alliance MMA de San Diego, où il travaille depuis le combat final du TUF Smashes contre Colin Fletcher en décembre dernier.

« Lorsque j'ai commencé les arts martiaux, j'ai toujours eu le rêve de combattre un jour aux États Unis, » avoue Parke. « C'était un rêve depuis le tout début, et puis c'est devenu une réalité parce que j'ai gagné The Ultimate Fighter et j'ai eu assez d'argent pour venir ici pour m'entraîner. J'ai rencontré (l'entraîneur du Team UK et combattant poids léger de l'UFC) Ross (Pearson) à travers l'émission, et quand je suis arrivé en finale il m'a invité à venir m'entraîner avec son équipe pour la finale. ‘Tu vas aimer San Diego,’ il m'a dit. ‘C'est très beau et tu vas adorer l'entraînement.’ Depuis ce moment là, cette idée ne m'a pas quitté, mais je ne suis pas venu, car je croyais que Colin (Fletcher) s'entraînera à San Diego, alors je suis resté chez moi pour me préparer, et je me suis décidé d'aller aux États Unis pour préparer mon prochain combat. »

Ce prochain combat était prévu en avril contre Jon Tuck, mais une blessure de dernière minute a forcé Tuck à se désister. Il était trop tard pour trouver un remplaçant, alors Parke s'est retrouvé sur la ligne de touche jusqu'à ce samedi lorsqu'il rencontrera Tokudome. Cela n'inquiète pas l'Irlandais, car il a eu encore plus de temps pour améliorer son bagage technique avec l'Alliance.

« Ici à l'Alliance, il n'y a plein de mecs du niveau de l'UFC et d'autres combattants de haut niveau, » il explique. « Ici, aucun round n'est facile et on n'a pas le droit de ralentir. Il faut serrer les dents et y aller jusqu'au bout. Et grâce à ça je travaille plus dur, et je réfléchis un peu plus et je suis un peu plus précis avec mes coups de poings, et je l'adore. Si je peux m'entraîner ici quelques années, mes capacités vont dépasser le plafond. »

On dirait un jeune homme qui a un avenir qui ne se réduit pas simplement à ce week-end. Il ne l'a peut être pas pensé lorsqu'il était ado', mais les choses ont beaucoup changées depuis.

« Le fait que je sois à l'UFC montre que la ville où on est né n'est pas important du tout, » dit Parke. « On peut être dans le plus petit pays du monde, et il pourrait y avoir quelqu'un qui est doué naturellement. Je suis sûr qu'il y a des milliers de combattants qui n'ont tout simplement pas encore été découverts. C'est une question d'opportunité, et de donner la chance aux gens de briller. Il y a beaucoup de combattants au Royaume-Uni qui n'ont pas eu la chance de combattre à l'UFC qui sont très forts. Alors je me suis dit que dès que cette opportunité se présenterait, je l'attraperais au vol et je foncerais. »

Watch Past Fights

Médias

Récent
Shortly after their big wins in Barueri, Renan Barao and Lyoto Machida take a few moments to talk about their performance.
2014-12-21
Former UFC bantamweight champion Renan Barao talks about his win over Mitch Gagnon at Fight Night Barueri and wanting another crack at champ T.J. Dillashaw in this octagon interview.
2014-12-20
Hear Lyoto Machida talk about his impressive victory over C.B. Dollaway at Fight Night Barueri inside the Octagon with Jon Anik. He also talks about what could be next for the former light heavyweight champion.
2014-12-20
UFC Fight Night Barueri Event inside the Ginasio Jose Correa on December 20, 2014 in Barueri, Brazil. (Photos by Josh Hedges/Zuffa LLC/Zuffa LLC via Getty Images)
2014-12-20