Sam Stout - Se sent finalement mieux

"Montreal a toujours été l'endroit où je préfère combattre. Le public du Centre Bell est incroyable, surtout quand un combat de GSP est programmé"- Sam Stout
UFC lightweight Sam StoutIl n'existe pas de mot assez forts et justes pour expliquer combien  Sam Stout.

De retour après une victoire importante face à Yves Edwards lors de l'UFC 131  qui se tenait au Rogers Arena de Vancouver et qui a levé la foule ce soir-là, notamment pour accueillir celui qui n'avait alors jamais été mis KO ou compté à l'intérieur de l'octogone et que la disparition de son coach, mentor et beau frère avait marqué. Shawn Tompkins nous a effectivement quitté tragiquement ce 14 Août 2011 alors que lui et Sam Stout travaillaient ensemble depuis ses 16 ans.

Et peu importe où leur carrière les mènera, le trio formé par Stout, Mark Hominick, et Chris Horodecki restera lié à jamais à son coach, celui qui monté l'équipe et qui l'a faite vivre dans le circuit professionnel. Pour toujours, les trois hommes représenteront ce qui les a bâti à savoir "Le Team Tompkins", un nom dont ils sont fiers et qu'ils continuent à porter et défendre. 

Un des plus gros défis lorsqu'on perd un être cher et de trouver la solution pour avancer. Continuer à progresser sans cet être cher justement. Faire avec sa disparition, l'accepter. Et durant ces douze derniers mois, c'est justement ce qu'a fait Sam Stout. Il a cherché à retrouver la force de continuer, d'aller de l'avant et de continuer sa progression dans le circuit de l'UFC. Aujourd'hui, à 28 ans et après une année difficile, le vétéran canadien se sent finalement bien. Suffisamment mieux en tout cas pour ouvrir un deuxième chapitre dans sa carrière professionnelle et continuer à poursuivre ses rêves. 

"Cela a été très dur pour moi mais cela a été dans une certain sens bénéfique, l'expérience m'a permis d'en apprendre davantage sur moi et de revenir différent" a expliqué Stout qui revient au combat ce samedi soir lors de l'UFC 154 pour affronter un autre canadien : John Makdessi. 


" Quand Shawn était là, il programmait tout. J'ai commencé à ses côtés à l'âge de ses 16 ans et il me disait quoi faire et comment. Quand il fallait s'entraîner, quand s'arrêter. Quand récupérer et quand accélérer la cadence...il me disait ce qu'il fallait travailler, quelle partie améliorer dans mon jeu et quelle stratégie adopter face à tel adversaire. Désormais, je fais sans lui. Je dois gérer moi-même ma préparation et apprendre à répondre à mes propres interrogations"

Il poursuit avec émotion " Cela a été très différent de ce que j'avais connu et vécu jusque là. Moi, Mark et Chris Horodecki devions nous retrouver et garder cette unité. On a du apprendre à rester ensemble et à poursuivre les entraînements comme si Shawn était encore là pour fédérer le groupe. Mais en matière de coaching, nous avons tous du voir ce qui était le mieux pour chacun d'entre nous et aller là où on se sentait le mieux pour progresser. Au début, on a essayé de se rapprocher tous ensemble des mêmes personnes mais cela ne correspondait pas à tous les styles et finalement on a vite compris que personne ne pouvait nous entraîner et nous préparer comme Shawn savait le faire. On a donc chacun choisi la meilleure option en fonction de la personnalité et du style. Maintenant, on se sent tous beaucoup mieux et on a appris à composer avec cette disparition".

En arriver là a été un véritable long voyage pour Stout qui a du affronter Dennis Siver lors de l'UFC 137. Et quand il est revenu dans l'octogone pour combattre Thiago Tavares lors de l'UFC 142 en Janvier dernier, Stout n'était pas complètement prêt.

Il continue à prendre les combats et six mois après, se voit opposer à Spencer Fisher . Et avant de faire son entrée dans l'octogone, il décide de rejoindre Mark DellaGrotte et le reste de l'équipe à Boston.

“Having Mark dans mon coin contre Spencer a été je pense ce dont j'avais besoin. Il a su porter une voix que j'entendais et j'avais vraiment confiance en lui, c'est ce qu'il me manquait : retrouver la confiance dans le coin."

Dans quelques jours maintenant, il reviendra à Montréal pour affronter un adversaire de taille. Il nous raconte " Montréal est l'endroit où je préfère combattre. Le public est formidable surtout quand GSP est à l'affiche".

Aujourd'hui, celui qu'on surnomme "les mains de la tempête" pour sa puissance de frappe, a passé un cap. Et il a montré qu'il avait à coeur de rester au plus haut niveau dans une discipline qui l'a aidé à se construire après la disparition de son coach, son beau-frère mais aussi son alter ego. Il a clairement montré qu'il revenait en force et qu'il était désormais à l'aide avec celui qu'il était devenu depuis la disparition de Shawn Tompkins.  

Watch Past Fights

Médias

Récent
Hear from light heavyweight Phil Davis following his win over Glover Teixeira in the UFC 179 co-main event. Davis opens up to UFC correspondent Megan Olivi about how he prepares to win every time he steps into the Octagon.
2014-10-25
UFC 179: Aldo vs Mendes 2 at Maracanazinho on October 25, 2014 in Rio de Janeiro, Brazil.
2014-10-25
Darren Elkins reflects on his split decision victory with UFC correspondent Megan Olivi backstage at UFC 179. Elkins discusses how his time off impacted his performance and when he plans to get back into the Octagon.
2014-10-25
UFC correspondent Megan Olivi catches up with Beneil Dariush following his win over previous-undefeated Diego Ferreira at UFC 179.
2014-10-25